Les intuitions des méga-Eglises

Contexte: Chicago, 1975

A l’été 1975, dans une banlieue aisée de Chicago, un jeune-homme frappe aux portes des habitations pour vendre des tomates.

Derrière ce prétexte, il oriente rapidement la conversation sur la foi et sur les Eglises. Il aimerait comprendre pourquoi ses interlocuteurs ne vont pas au culte. Consciencieusement, il dresse alors une liste des dix principaux obstacles. Avec un groupe de jeunes, il décide de fonder une nouvelle communauté qui éviterait ces écueils. Voici le mythe fondateur de la Willow Creek Community Church, qui a longtemps été l’une des méga-Eglises emblématique de ces nouvelles pratiques de la foi. Aujourd’hui, ces Eglises géantes se développent et s’installent dans les centres urbains de la planète. Présentes en Suisse, elles attirent surtout des jeunes qui expriment leur foi dans des formes contemporaines.

Des célébrations colorées pour promouvoir l’évangile

Bill Hybels, l’un des fondateurs de Willow Creek

Les intuitions qui se nichent au creux de ce formidable mouvement sont nombreuses. Ces Eglises cultivent un génie pour la communication associé à l’idée d’adapter les propositions aux demandes changeantes de la population. Leurs célébrations créatives et artistiques sont très axées sur les dimensions concrètes de la foi. La musique omniprésente mise sur l’éclectisme des styles pour souligner les aspects émotionnels du vécu. Malgré l’immensité, chacun trouve sa place dans une cellule de partage de la foi, de soutien mutuel et de prière.

L’image du christianisme qui s’en dégage respire le dynamisme, la joie festive et une solidarité providentielle.

En savoir plus

Lors des soirées « Une Eglise pour le XXIe siècle », nous prendrons le temps d’examiner ces intuitions, d’en découvrir d’autres, et de nous laisser questionner.