L’expérience du LAB

La coordinatrice du LAB nous dévoile les coulisses de ce lieu de recherche de sens. Ou comment une ecclésiologie solide permet des expérimentations sereines. Carolina Costa est pasteure et coordinatrice Service catéchèse, formation et animation (SCFA) – Le Lab de l’Église protestante de Genève (EPG).

L’état d’esprit

Le nom du LAB suggère l’idée de laboratoire. En effet, cette communauté émergente souhaite explorer de nouvelles manières de vivre sa foi et de rejoindre les jeunes générations dans leur langage et leur mode de communication, quels que soient leurs convictions ou leur horizon spirituel. Nous avons ainsi eu l’occasion déjà d’accueillir des musulmans, des juifs et des athées.

Par ailleurs, qui dit laboratoire dit tentative, essai et donc possibilité de se tromper et de recommencer. Essentiel également puisque nous ne trouverons pas la formule magique du premier coup et qu’il nous faudra du temps. Enfin, un slogan interne est également trouvé pour nous accompagner: «Make your church», autrement dit fais l’Église où tu aimerais aller.

Ecclésiologie

Notre ecclésiologie se fonde sur l’enseignement de l’Amour agapè enseigné, révélé et incarné par Jésus-Christ, résumé dans la première épître de Jean 4,7: «Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, et quiconque aime, est enfant de Dieu et connaît Dieu.»

Non pas «quiconque croit», mais bien «quiconque aime ». C’est-à-dire toute personne, quel que soit son âge, son origine, sa culture, son statut social, sa religion, son orientation politique, son genre ou son orientation affective. «Aime» compris comme la pratique de l’Amour agapè, à savoir l’accueil inconditionnel, le non-jugement, la compassion, l’ouverture, l’écoute, le partage, la solidarité, la justice.

Il s’agit donc d’une ecclésiologie universelle, qui ne connaît ni frontières ni dogmes, car elle repose dans la foi en Dieu seul qui est Amour. Ce positionnement est fondamental au LAB, car il nous permet d’imaginer en dehors des carcans, des réflexes habituels et du langage traditionnel. En effet, dans toutes les activités, nous avons constamment à faire un effort d’adaptation du langage pour communiquer, animer afin que chacun se sente accueilli, d’autant que nos participants viennent d’horizons religieux et spirituels extrêmement différents.

Ainsi, notre intention n’est pas prosélyte au sens de faire de nouveaux adeptes, mais bien de faire croître l’Amour en chacun. Notre témoignage privilégie le «être avec» qui est porteur de cette foi, avec la reconnaissance que l’autre est déjà pleinement habité aussi par cet Amour, et qu’il a aussi un témoignage à nous apporter.

Cet extrait provient de l’article «L’expérience du LAB» de Carolina Costa. Il est disponible dans le n°46 de la Revue des Cèdres: L’Eglise, pour y venir.

Recevez nos informations et nouvelles.